01/02/2008

Songe



Ainsi reposait la douce sirène
Dont la courbe immorale dansait aux jardins de l'absence
Le calice enfièvré par de morphéennes jouissances
Et le sein palpitant sous le joug de Silène

01:29 Écrit par Nosferatu dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.