04/09/2005

Mortelle



Douces ronces d'algues faites marines
Aux confins d'ombres noyées crustacés
La caresse éphémère de la femme saline
enveloppe l'ondée de son frisson glacé

Au chant voluptueux d'un désir qui s'égrenne
S'abandonnent marins et pêcheuses de perles
Touchant de son courroux en spasmes qui déferlent
Se repose le sein de la suave sirène

03:23 Écrit par Nosferatu | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.