24/02/2005

Etreinte



Ni beaux ni sages dans leur écrin de ronces flammes
Griffus tentaculaires surgissant au détour d'un sommeil
Etranges et envoutants en portes qu'on condamne
Troubles et pénétrants satyres qui s'éveillent

Au tréfond de nos ventres la montée des désirs
Poussée obscure de nos démons cachés
De la plus douce morsure au plus vil des délires
En ondes vagues mourantes de corolles embrasées

23:33 Écrit par Nosferatu | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

... Maginfique, sensuel, comme toujours :)

Écrit par : Epine de Rose | 25/02/2005

Les commentaires sont fermés.