02/02/2005

Rien



Si doux de n'être rien ni personne
Qu'une ombre en porte manteau
Un corps abandonné fondu dans le décor
Un grain de paysage, l'ultime du troupeau
Celle qu'on ne voit pas
Qu'on ne remarque plus
Et dont les yeux se gorgent de l'éclat infini
Des joies de la lumière de ses déconvenues
Tout doux dans l'ombre à regarder
A n'avoir pas assez de peau pour tout sentir
Ni assez de poumons pour respirer
Se fondre dans le monde et lui appartenir

09:02 Écrit par Nosferatu | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.