29/01/2005

Prison



Au Fil de mes errances
De mots en pages et de phrases en cris
Toujours la même récurance
Dans le communément admis
Tortures mentales que l'on s'inflige
De corps en vagues, de vagues en lits
Les mêmes maux qui nous affligent
De jours en songes et de songes en nuits
Prison que l'on tisse pour soi même
Carcans qu'on a soi même posés
Dans nos amours comme dans nos haines
Nous sommes nous même nos pires geôliers

02:56 Écrit par Nosferatu | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.